smallpiping

Forum dédié au smallpipe et au borderpipe
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 historique de nos instruments...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
breizhlander1



Messages : 450
Date d'inscription : 01/08/2010
Age : 34
Localisation : lorient

MessageSujet: historique de nos instruments...   Sam 28 Mai - 16:08

voici une théorie sur l'historique de nos "bete":

L’étude des cornemuses des XVIIe et XIXe siècles, maintenant possible grâce au grand nombre d’informations en archives, nous offre bien des surprises. La plus marquante est l’histoire de la « musette de cour » française. Une première représentation spectaculaire la montre, gonflée à la bouche, sur un tableau intitulé Bal à la cour d’Henri III, daté de 1581 et conservé au musée du Louvre. Elle va connaître une longue histoire et des évolutions organologiques exceptionnelles jusqu’à la seconde moitié du XVIIe siècle. Elle suscitera un engouement étonnant auprès de l’aristocratie et de la bourgeoisie française et européenne durant la fin du XVIIe et une grande partie du XVIIIe siècle (19). Tombé en désuétude aux alentours de 1780 (20), cet instrument va engendrer une surprenante descendance internationale. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, les conflits entre France et Angleterre provoquent un rapprochement entre l’aristocratie écossaise, alors en lutte de reconquête contre la couronne britannique et la France.


À Paris, des aristocrates jacobites se frottent à la culture savante française, et découvrent la musette de cour, alors au plus fort de sa notoriété. Le plus célèbre d’entre eux, Charles Edward Stuart, qui s’illustrera sous son surnom de Bonnie Prince Charlie et perdra la dernière lutte armée écossaise contre l’Angleterre, s’adonne à l’instrument (21). Si la guerre est perdue en 1745 à Culloden, l’instrument, pratiqué en Ecosse dès la première moitié du XVIIIe siècle, y reste en usage et connaît des évolutions organologiques et des déclinaisons nombreuses. Il y devient pastoral pipes, shuttle pipes, border pipes, gagne le Northumberland et devient northumbrian small pipes. On le retrouve très vite à Londres sous le nom de pastoral pipes et new bagpipes, et se déplace à Dublin, pour y donner naissance au uillean pipes, lequel émigre en Amérique du Nord, et y connaît d’autres évolutions dans la communauté irlandaise (22).


Mais la descendance de notre musette de cour ne s’en tient pas là. Une autre branche se dessine à Paris, à la toute fin du XVIIIe siècle. La communauté d’émigrés du Massif central, qui pratique une cornemuse du type de celle de bergers décrite par Mersenne, s’intéresse à la musette de cour alors définitivement en désuétude dans le milieu social qui l’a utilisée pendant plus d’un siècle. Plusieurs fabricants anonymes imaginent une cornemuse inspirée de la musette de cour, mais simplifiée, un hybride entre la cornemuse de berger et la musette. Cet instrument, dont la forme se stabilise au XIXe siècle grâce à d’excellents facteurs comme Amadieu, est adopté par les musiciens d’origine auvergnate. Ils l’utilisent dans le cadre des bals communautaires sous le nom de « musette », et plus tard de « cabrette ». De ces bals appelés d’abord « bals des familles », puis « bals à la musette », et enfin « bals musette », émanera plus tard le fameux style musette, après l’arrivée en leur sein de l’accordéon. Deux siècles plus tard, ce répertoire porte encore le nom de la musette de cour, et la cabrette, invention auvergnate à Paris, est jouée dans tout le Massif central. Dans la première moitié du XIXe siècle, une nouvelle cornemuse apparaît en Bresse, qui montre des éléments de filiation avec la musette de cour (23).


En Basse-Auvergne, un facteur de cornemuse du nom de Joseph Béchonnet conçoit vers 1850 un nouvel instrument qui s’inspire pour certains éléments – le soufflet, la présence d’un petit bourdon-layette – de la musette de cour (24). A-t-il vu une musette de cour, une musette bressane, ou les deux ? Les études en cours nous donneront des réponses. Cet exemple nous éclaire sur la dimension de mobilité de l’instrument, malléable, copiable, transportable, évolutif, moderne, excitant et insaisissable. Il nous éclaire également sur le fait qu’il est possible, au XXIe siècle, de mener des recherches sur l’instrument et d’en éclairer encore et toujours l’histoire.


en espérant que ca vous a plus et peut etre éclairé sur certains points Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jeff29



Messages : 96
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 37
Localisation : saint pabu

MessageSujet: Re: historique de nos instruments...   Lun 30 Mai - 18:57

merci, très instructif Wink
tu tiens ça d'où?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
breizhlander1



Messages : 450
Date d'inscription : 01/08/2010
Age : 34
Localisation : lorient

MessageSujet: Re: historique de nos instruments...   Mar 31 Mai - 10:01

ah ah!!! surprise!!! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin
Admin
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Re: historique de nos instruments...   Mer 1 Juin - 7:58

Super sujet, très intéressant , merci à toi Breizh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://smallpiping.leforumgratuit.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: historique de nos instruments...   

Revenir en haut Aller en bas
 
historique de nos instruments...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Dossier] Historique : les grandes dates de Disneyland Paris
» n°2 en 1966 de la Revue Historique des Armées
» Infanterie de ligne - Régiment n° 24 - avec historique
» [AIDE] Désactiver l'historique des appels (pop-up après appel)
» Livre historique sur la bataille des Ardennes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
smallpiping :: LE SMALLPIPE :: votre avis et autres-
Sauter vers: